Le site du CNOSF
Eté > Belgrade 2007 > Actualités Belgrade 2007 >

La France fait le plein pour une fin en apothéose

Jacques Rogge, l'initiateur du FOJE, lors de la cérémonie de clôture
Jacques Rogge, l'initiateur du FOJE, lors de la cérémonie de clôture
Six médailles supplémentaires pour la délégation française jeudi 25 juillet, puis six de plus le lendemain, dont un titre en tennis de table ! La France termine dixième nation de ce FOJE, une très bonne performance d'équipe réalisée dans un état d'esprit exemplaire.
Ce Festival Olympique de la Jeunesse Européenne, clôturé par Jacques Rogge en personne a rempli son objectif de confronter les jeunes à leur première expérience internationale multisport. Le nombre de médaille n'est en effet pas le plus révélateur dans une logique de groupe élargi, où des athlètes encore un peu jeunes aujourd'hui peuvent tout à fait acquérir de la maturité par la suite et devenir, à l'image de Frédérique Jossinet, de grands champions. A l'inverse, certains jeunes qui, aujourd'hui, dominent leur discipline, sont peut-être à la limite d'une supériorité permise par un développement physique précoce.


Gianni Mina, Chloé Babet et Cédric Damman, leur entraineur, heureux de leur parcours
Gianni Mina, Chloé Babet et Cédric Damman, leur entraineur, heureux de leur parcours
Le paradoxe du tennis : 3 médailles et un peu d'amertume

Ils auront été jusqu'au podium dans les trois tableaux sur lesquels ils étaient engagés. Chloé Babet et Gianni Mina remportent, jeudi 26 juillet, la médaille de bronze en simple et en double mixte. Un magnifique triplé qui les laisse cependant meurtris tant leurs perspectives étaient bonnes avant ce jour noir marqué par leurs échecs en demi-finales en simple comme en individuel. Les Français eurent un bourreau en la personne de la Géorgienne Ekaterine Gorgodze, tête de série n°1, victorieuse en simple de Chloé Babet (6/4 6/4), puis, en double, avec Giorgi Khmiadashvili, de notre paire d'espoirs tricolores, 6/3 7/6.
Il n'en reste pas moins que Chloé, qui a fait montre d'un véritable caractère de championne sur ce tournoi, et Gianni, battu en demi 7/5 6/2 par l'Italien Paciello, ont réalisé un très beau parcours, prometteur pour l'avenir.

Les futurs médaillés d'argent du double très attentifs aux instructions de leur entraineur, Régis Canor - Photo CNOSF
Les futurs médaillés d'argent du double très attentifs aux instructions de leur entraineur, Régis Canor - Photo CNOSF

Le Tennis de table, en équipe

Ils avaient été éliminés en simple, Stéphanie Loeuillette, Quentin Robinot et Sylvain Graizeau se sont serré les coudes et ont obtenu deux médailles en double, l'or pour la paire Loeuillette/Robinot, l'argent pour les deux garçons.
Ce tournoi fut sans doute avec le basket-ball (compétition remportée par la Lituanie face à l'Espagne) et la gymnastique, le sport au niveau le plus proche de celui des seniors. Du très haut niveau. Les Français ont développé un très bon niveau et ont fait preuve de pugnacité, réalisant des matchs acharnés, même dans la défaite, à l'exemple des éliminations de Quentin et Adrien en demi-finale par 4 sets à 3.



Youna Dufournet s'est envolée vers les podiums - Photo CNOSF
Youna Dufournet s'est envolée vers les podiums - Photo CNOSF
La Gym ouvre son compteur FOJE historique

Jeudi, le concours général individuel avait amené des résultats décevants pour la France, en particulier pour Youna Dufournet, 9ème avec 53.900, avec une chute dès le premier mouvement à la poutre et un passage au barres peu convaincant. 14ème, Aurélie Malaussena figurait quant à elle à une place plus en rapport avec ses performances habituelles.
Le vendredi, Youna a fait montre de son orgueil de petite championne, en remportant deux médailles, les premières de la Fédération française de gymnastique depuis la création des FOJE : l'argent au saut de cheval (13.737) et le bronze aux barres (14.025) ainsi qu'une sixième place à la poutre (13.725).
A noter encore une fois la domination ukrainienne, avec en particulier, la petite étoile Valentyna Holenkova, médaillée d'or à la poutre et aux barres, et d'argent au sol.

Marie Jugnet, porte-drapeau heureuse lors de la cérémonie de clôture - Photo CNOSF
Marie Jugnet, porte-drapeau heureuse lors de la cérémonie de clôture - Photo CNOSF
Natation : le sourire de Marie

Avec Marie Jugnet, la France tient sans doute une future très grande de la natation. A 14 ans, la Cannoise qui entre en troisième, réalise des performances exceptionnelles au cours de ces FOJE, obtenant deux médailles, le titre mardi en 200m dos et le bronze jeudi en 100m dos. Marie, désignée porte-drapeau de la France pour la cérémonie de clôture obtient à 14 ans des temps dignes des très bons séniors. Elle qui veut demain devenir kinésithérapeute ou médecin du sport a pour idole... Michael Phelps ! Souhaitons lui d'obtenir un jour un même palmarès olympique...
Ce même jeudi 26, Yannick Agnel, très en forme cette semaine, obtient la médaille d'argent du 50m nage libre, après un départ moyen et une très belle course : 23.76s. de sprint qui offrent à la natation française sa quatrième médaille de ces FOJE. Avec de nombreuses finales, ses belles performances individuelles (meilleures performances françaises et records personnels), la natation française a montré l'ambition de ses jeunes espoirs... malheureusement trop souvent à la quatrième place.

Et de 4 en athlétisme

Deux dernières médailles lors de la dernière journée de compétition après le jour sans de la veille. Ce jeudi 26 Floria Guei avait quatrième de sa finale du 200m en 24'30 et Mary Gould Dupuit avait fait 5m92 au saut à longueur, se qualifiant pour la finale de vendredi et battant son record personnel. Le vendredi 27 juillet, la France obtient tout d'abord le bronze en 800m masculin, avec un Samir Dahmani virevoltant (1'52"39 ), venu rattraper, pour le fond français, la contre performance de son pote Houssam Bouallagui qui n'avait pu faire mieux que 5ème au 1500m.
La relais, une spécialité française - Photo CNOSF
La relais, une spécialité française - Photo CNOSF

En relais 4x100m féminin, la France obtient en 46"43 une médaille d'argent presque décevante tant les sprinteuses (Yariatou Touré, Jessie Saint-Marc, Floria Guei, Mary Gould Dupuit) dominaient la course jusqu'à une anticipation de la course d'appel du troisième relais. A deux doigts de pied de dépasser la zone, ce léger cafouillage donna d'ailleurs lieu à une contestation de la Grèce, heureusement mise à défaut par les images.
Avec 4 médailles dont un titre, la France réalise un bon concours pour une équipe qui comprend quelques unités prometteuses, à l'exemple de Dahmani, Bouallagui ou Dupressoir. Ce dernier a par ailleurs été choisi, comme 48 autres représentants de leur pays, pour planter un arbre symbole d'espoir lors de la visite de Jacques Rogge.
Caroline Peschaud, seconde médaille d'argent du judo français au FOJE - Photo CNOSF
Caroline Peschaud, seconde médaille d'argent du judo français au FOJE - Photo CNOSF



Judo : une seconde médaille d'argent et un contrat rempli

Ils étaient venus avec un objectif de deux ou trois médailles, la dernière option étant considérée comme ambitieuse. Ils repartiront avec deux médailles d'argent, Marlène Robert étant rejointe par Caroline Peschaud, battue en finale des -63kg par la Belge Nicoline Alberts.
L'équipe de France ne sort pas moins un peu amère d'un tournoi où elle estime que l'arbitrage fut trop souvent défavorable, et parfois étonnant, à l'exemple de cet ippon sur étranglement jugé contre Marie Del Puppo alors que mate avait été annoncé.


L'équipe de natation venue maquillée pour supporter le water-polo - Photo CNOSF
L'équipe de natation venue maquillée pour supporter le water-polo - Photo CNOSF
Le Water-polo, un potentiel à confirmer

Le tournoi de Water-polo a proposé une belle équipe de France... jusqu'aux 5 dernières secondes du troisième match face à la Grèce, rencontre prioritaire des Français pour ce FOJE. Cette défaite in extremis d'un but, a visiblement atteint le moral de l'équipe. Celle-ci se montra alors quelque peu absente dans son match de classement pour la cinquième place face à la Slovaquie (4/9). Si le talent est bien là, la défaillance dans l'esprit sur cette partie a transformé un très bon tournoi en prestation de rang.
Le potentiel de ces jeunes poloïstes, finalement 7èmes après leur nouvelle victoire face au Portugal (15/2) est toutefois palpable, avec certaines personnalités fortes tels Thomas Bressolier ou Konstantin Manojlovic Stajic, régional de ces FOJE, Serbe par sa maman et né à Belgrade (Konstantin a ainsi pu profiter de cette sélection pour rendre visite à sa famille).

Ce fut dur pour Kévin d'Hondt et ses partenaires - Photo CNOSF
Ce fut dur pour Kévin d'Hondt et ses partenaires - Photo CNOSF
Pas le bon braquet

Très courageux, mais incapables d'atteindre le podium, les cyclistes ont du s'adapter à un pédalier imposé au braquet maximum de 6,94 m (52×16) quand les règles nationales vont aujourd'hui plus loin. Résultat : moulinant plus qu'à l'ordinaire, nos français durent puiser un peu plus pour suivre un rythme très rapide. De fait, la vitesse des vainqueurs tournait autour de 45 à 43 km/h selon les épreuves. Dès lors, il était difficile de faire mieux que la 6ème place d'Erwan Teguel au contre la montre. Le Breton, victime d'une chute sans gravité mais traumatisante au critérium ne put s'y exprimer (premier français, Pierre-Henri Yung à la 31ème place).
Vendredi, dans la course sur route, une échappée, qui s'avèrera victorieuse, advint dès le premier tour de course à un moment où les Français, plus à l'aise sur la montée du parcours, étaient mal placés pour suivre. Engagés dans un groupe de poursuivants, ils assistèrent impuissants à la victoire des premiers attaquants, arrivés une trentaine de seconde avant eux.
Notons enfin le traumatisme, psychologique celui-ci, sur nos cyclistes des affaires de dopage qui ont traversé le Tour de France et sali le cyclisme. Leur crainte d'être catalogué est telle que l'un des membres de l'équipe, malade en cours de semaine, a dans un premier temps refusé de voir Philippe Levan médecin de la délégation, afin de ne pas s'exposer à d'éventuelles moqueries tournant autour du soutien médicamenteux des cyclistes...


Le FOJE s'est fini sur un bilan très positif de la délégation française. Prochaine édition en 2009 à Tampere (Finlande).