Le site du CNOSF

Marie Del Puppo, porte-drapeau de la France et du judo

<i>Marie Del Puppo - Photo CNOSF</i>
Marie Del Puppo - Photo CNOSF
Posée, calme et souriante, Marie Del Puppo, née le 15 février 1991 à Bergerac, a été désignée porte-drapeau de la délégation par le CNOSF. Une juste valorisation de cette judokate d'1m78 qui a connu une année 2007 exceptionnelle : championne de France cadette, championne de France UNSS, championne d'Europe cadette à Malte... et passage en terminale S, avec un an d'avance s'il vous plait ! Et nous ne sommes qu'en juillet...

Pour Marie, la vocation fut somme toute tardive, révélée il y a quatre ans seulement, après des vacances à la montagne au cours desquelles elle fut initiée par deux moniteurs. De retour chez elle, elle s'inscrit en club, au JC Périgord. Depuis, elle pratique « à fond, tout le temps, entre 15 et 20 heures par semaines en comptant les courses »... et a déjà donné le goût de sa discipline à sa petite sœur de 7 ans, « mais elle est encore jeune, elle a le temps de trouver sa voie ».

Parallèlement, Marie poursuit donc ses études scientifiques. Si le judo est sa passion, les études ne sont jamais loin et restent même prioritaires pour pouvoir, plus tard, « rester dans le milieu du sport ». Médecine ou kinésithérapie sont des formations qui plairaient à Marie, même si elle a bien conscience de la difficulté d'allier études et sport de haut niveau. « Ce n'est pas toujours évident », en particulier les déplacements qui éloignent de la famille : « on apprend plein de choses, mais ça fait toujours plaisir de rentrer ».

Les FOJE, ses premiers Jeux

Sa désignation comme porte-drapeau de la France pour ces FOJE d'été 2007, lui fait « très plaisir », surtout qu' « en général, dans les équipes, ce sont les petits que l'on fait passer devant ». On se souvient toutefois de son illustre prédécesseur, David Douillet, porte-drapeau aux Jeux olympiques de Sydney en 2000... un jour, peut-être la judokate, « promise à un grand avenir » d'après ses entraineurs, succèdera au géant du judo français. Marie a cependant du mal à se rendre compte de l'honneur qui lui est fait par rapport aux autres membres de la délégation : « on ne sait pas trop ce qu'ont fait les autres ». Mais le plus important pour elle, c'est que « ça représente notre sport ».
Marie Del Puppo, porte-drapeau de la délégation française aux FOJE 2007 - Photo CNOSF
Marie Del Puppo, porte-drapeau de la délégation française aux FOJE 2007 - Photo CNOSF

Son objectif au FOJE : « se faire plaisir, viser le plus de passage de tours possibles et bien représenter la France ». Marie craint plus particulièrement les judokates de l'Est : « on dirait qu'elles ont fait 6 ans de lutte et seulement deux de judo derrière ».
Il s'agira également de soutenir ses partenaires du judo (« un petit groupe sympa et solidaire avec une bonne ambiance »), mais pas seulement, puisque Marie et ses camarades des tatamis comptent bien assister à d'autres compétitions et encourager au mieux l'équipe de France olympique de Belgrade.

L'avis des coachs sur Marie et l'équipe de France de judo aux FOJE

Pour Franck Courtois et Louis Guiseppi, ses entraineurs en équipe de France, Marie a un judo « explosif, très varié ». La championne d'Europe est naturellement « portée sur l'attaque, mais son judo très offensif est à double tranchant parce qu'il comporte une grande prise de risque ».
L'avis de Marie sur la compétition des FOJE est partagé par ses coachs qui constatent que, comparé à ses concurrentes de l'Est, « Marie est un poids léger. Il y a même une Ukrainienne qui lui rend 45 kilos ! » précise Louis Guiseppi.

<i>Marie Del Puppo (en haut, au centre, et l'équipe de France de judo sélectionnée pour les FOJE - Photo : CNOSF</i>
Marie Del Puppo (en haut, au centre, et l'équipe de France de judo sélectionnée pour les FOJE - Photo : CNOSF
« Durant les FOJE », rajoute-t-il, « les principaux concurrents, garçons et filles confondus, seront l'Ukraine et la Russie, sans oublier les Allemands ». « Les Azeris, qui plafonnent en senior, seront dangereux chez les garçons et les Hollandaises chez les filles » complète Franck Courtois. Sans oublier les Italiens qui devraient performer un peu plus que lors de leurs précédentes compétitions.

Lors des championnats d'Europe de Malte, tenus entre le 6 et le 8 juillet dernier, l'équipe de France avait fini 6ème nation (« les Français ont une maturité un peu plus lente, mais durable »). Outre Marie, Caroline Peschaud, qui partage sa chambre à Belgrade (avec Alysée Renaud) et Jean-Christophe Lamy avaient tous deux obtenu une médaille de bronze. L'objectif pour ces FOJE, où moins de catégories sont inscrites au programme est de rapporter deux ou trois médailles : « si on fait trois médailles, ce sera vraiment bien ».